février 2020

Bien chers amis,

Après les vœux, les souhaits et les promesses de tous ordres partagés au cours du mois de janvier, on peut se demander si le sujet du jour est de trouver une clé pour que l’année 2020 soit une lueur d’espérance partagée ?
Et si cette clé n’était pas aussi simple à saisir que d’ouvrir sa fenêtre et de laisser son visage s’imprégner de la lumière du jour ? Evidemment, cela semble plus facile à imaginer quand on vit à la campagne qu’au-dessus d’un boulevard embouteillé de nos métropoles.

C’est un fait. Mais on oublie un peu vite que cette lumière, la seule naturelle sur la terre,
est aussi et surtout source de vie, d’espoir et de bonne santé…

Cette lumière qui produit des merveilles dans la nature est aussi indispensable pour l’existence quotidienne de l’humanité, telle que l’horloge biologique, la fabrication d’hormones, de vitamines et l’équilibre physiologique ou psychologique. Sans elle, notre productivité au travail est en baisse… ou encore, notre humeur en berne.

C’est parfait ! Le dicton du début du mois de février ne dit-il pas que « à la Chandeleur, les jours rallongent d’une heure » ? 
En fait, il dit simplement que la lumière gagne sur les ténèbres, que le jour rallonge au détriment de la nuit (voir Ecclésiaste 2:13).

C’est plus que parfait, lorsque Jésus annonce formellement : « Vous êtes la lumière du monde… » puis très vite, pour compléter : « Je suis la lumière du monde… », précisant à notre intention « afin que votre lumière luise devant les hommes… » (Matthieu 5:14, Jean 8:12, Matthieu 5:16).
Le message est clair, comme il le fut pour Jonas après que Dieu l’eut sauvé du ventre du gros poisson ! Dieu avait besoin de lui parce qu’il lui fallait un messager pour aller à Ninive proclamer Sa volonté (Jonas 3:1-2).

Il faut bien le dire, cette idée que Dieu a besoin de nous, qu’il veut nous utiliser, est assez choquante car c’est plutôt nous qui avons besoin de Lui.
Pourtant, si nous ne voulons pas nous voiler la face, nous devons bien admettre que, pratiquement ici-bas, Dieu a décidé de nous associer à son œuvre de salut et d’amour. Au point où Jésus lui-même, lorsqu’il a décidé de faire l’œuvre de Son Père au milieu de nous, a dû devenir un homme.
Et puisque Dieu a voulu que cela soit ainsi, alors sa propre gloire n’en souffre pas le moins du monde… Acceptons donc, avec humilité, reconnaissance, entrain, zèle et courage, cette marque de confiance qu’Il nous fait ! C’est une investiture éminente dont Il nous a gratifiés : « Etre ouvriers avec Dieu ».

Mais pour nous utiliser à quoi ?
Toute la Bible le proclame : au salut de nos frères !
Pourquoi Jonas est-il sauvé de la noyade après sa fugue ? Pour aller porter aux Ninivites le message de Dieu.
Pourquoi le persécuteur de « bonne foi », Saul de Tarse, est-il arrêté sur le chemin de Damas ? Le Seigneur le lui dit : « Je t’ai choisi du milieu de ce peuple de païens vers qui je t’envoie afin que tu leur ouvres les yeux et pour qu’ils passent des ténèbres à la lumière, de Satan à Dieu » (Actes 26:18).

Voilà le projet prioritaire de la vie chrétienne. Le témoignage en est le devoir premier, immédiat et quotidien.
A quoi bon posséder un trésor si on le garde jalousement pour soi tout seul, à quoi bon être sauvé si l’on ne pense pas à ceux qui sont perdus ?

En ce mois de février aussi long (29 jours) que froid et moins sombre, il est urgent de penser à notre raison d’être décidée par Jésus lui-même : Sel et Lumière, Témoin de l’Evangile qui se reconnaît aussi à la façon dont il montre le Christ dans sa vie de chaque instant.

A la lumière des transformations si rapides de notre monde, et à la lumière de tous les signes (sans oublier Israël), notre génération active de 2020 fera bien de faire sienne le slogan qui enflammait l’imagination du monde estudiantin au début du siècle dernier : « Evangéliser jusqu’à la fin, pour ramener le Roi ».

L’élan de témoignage que la CMM met en place en stimulant les forces vives de l’Eglise, se déroule avec cette toile de fond : le retour de Jésus-Christ.
Votre présence à nos côtés pour aller avec cette bonne nouvelle vers nos prochains, de maison en maison, et en soutenant les fidèles témoins par la prière et l’offrande, sera déclencheur, sans le moindre doute, de la joie dans le cœur de Dieu, bien plus grande que pour ceux qui n’ont plus besoin de changer de vie, selon Luc 15:7.

Dans l’attente de vous lire très bientôt, toute l’équipe se joint à moi pour vous assurer d’un bel hiver offensif pour la gloire du Seigneur.

PS : A cette grande mission, s’ajoute une grande condition pour une parfaite réalisation. C’est tout l’enseignement de Jésus à ses disciples à propos de la prière, exprimé en particulier par ces mots : « La moisson est grande mais il y a peu d’ouvriers. Priez donc le Seigneur de la moisson d’envoyer des ouvriers dans sa moisson. » 

Pour aller plus loin ensemble et recevoir
nos informations régulières et sujets de prière pour chaque jour